Culture et Patrimoine - Hospice du Petit Saint-Bernard
622
page-template-default,page,page-id-622,bridge-core-2.2.8,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-21.5,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.3.0,vc_responsive
 

Culture et Patrimoine

A voir au Col du Petit Saint-Bernard

Passer au col du petit Saint Bernard, c’est remonter le temps jusqu’aux âges les plus anciens, pour y découvrir que les hommes ont fréquenté ces lieux et laissé des traces de leur passage depuis la pré-histoire jusqu’à maintenant.

Accueil touristique, point info et espace muséographique

Le Point Info et l’exposition permanente sont ouverts tous les jours.

 

Ouverts du 15 Juin au 20 Septembre.

 

Accueil bilingue français et italien.

Horaires

Juin & Septembre
10h30 - 16h30
Juillet & Août
10h - 18h

La voie romaine

Commencée sous Jules César vers 45 avant JC et achevée vers l’an 2-3 de notre ère, la grand voie romaine reliant Milan à Vienne et le Col en constituait sont point culminant. Elle prend le relais de la vielle piste préhistorique et constitue une chef d’œuvre de l’architecture romaine en val d’Aoste. Cette voie court en ligne droite sur le plateau et son tracé est difficile à repérer, sa largeur est 4m50 environ. Côté italien, la route actuelle la recoupe en de nombreux endroits, côté français elle descend en rive droite du torrent du reclus et rejoint le hameau de St Germain.

Cette voie de communication stimule les échanges commerciaux et contribue par les retombées locales au développement économique de l’ancienne ceutronie.

voie romaine au col du petit saint bernard

Le Cromlech

cromlech patrimoine au col du petit saint bernard

Au milieu du plateau à cheval sur la frontière, le “Cromlech”, un grand alignement de pierres qui forme un grand cercle de 70 m de diamètre interpelle les passants. Complet, il devait se composer de 63 blocs de pierre haut de 1m à 1m20. Aujourd’hui, seulement 8 des 46 pierres en place paraissent authentiques. Ce cercle signale la présence d’hommes au col à l’ère préromaine.

Il est difficile de se prononcer sur la destination donnée à ce monument construit juste au niveau de la ligne de partage des eaux, bâti dans un endroit isolé : réunion des peuples salasses et ceutrons ? culte et tombeaux ?

Statue de St Bernard

statue St Bernard sous l'hospice

En 1902, sous l’impulsion du révérend Chanoux, une statue du St Bernard fût inaugurée sous l’hospice, sur piedestal en tuff de 12,5 m de hauteur surmontée d’un personnage de 4m50 recouvert de bronze. Tendant l’index vers l’Italie, St Bernard avait un geste d’accueil et semblait indiquer le passage obligé pour franchir le col. Un éclat d’obus italien ayant amputé l’index pendant les combats de 1940, il prit depuis un air vengeur en pointant désormais son poing vers l’Italie.

La Colonne Joux

Colonne de Joux représentant Saint Bernard - patrimoine du col du petit saint bernard

Colonne de porphyre construite à l’époque romaine, surmontée d’un magnifique rubis figurant l’œil de Jupiter et dénommé escarboucle, symbolisant l’œil de Jupiter. Selon la légende, St Bernard lui même aurait démoli l’escarboucle pour supprimer ce symbole du paganisme. L’abée Chanoux sculpta une statue en mélèze représentant le saint qu’il scella sur la colonne Joux à la place d’une croix en fer. Cette statue fût remplacée dernièrement.

La Mansio

la mansio

La mansio a été construite juste après la voie romaine. Elle se trouve au Sud de cette dernière, sur le territoire italien. Les ruines ont une surface de 25,5m sur 67,5m. C’est l’ancêtre de l’hospice, elle accueillait voyageurs et leurs montures.

Le temple

ruines du temple au col du petit saint bernard

À 400 m de la mansio, coté français, se trouvent les ruines d’un supposé temple découvert dans les années 30. On y a retrouvé un nombre conséquent de monnaie et surtout un buste en argent de Jupiter ainsi qu’un médaillon d’Hercule.

Les 4 vents

Les 4 vents édifié par l'abbé Chanoux

En dessous de l’hospice côté français, se trouve une curieuse guérite en pierre flanqué de 4 niches, une sur chacun de ses côtés. Elle fût édifiée par l’abbé Chanoux pour lui permettre de méditer à l’abri, quelle que soit la direction du vent. Il servit par la suite aux douaniers qui s’y postaient en repérage pour voir arriver les contrebandiers.

jardin alpin de la chanousia et vue sur le mont blanc

Le jardin alpin de la Chanousia

Situé près de l’hospice, il fût fondé en 1897 par l’abbé Chanoux, recteur de l’hospice. Passionné de botanique, il conçoit ce jardin comme un lieu de conservation des plantes menacées d’extinction et de collection de plantes alpines rares, mais aussi comme un lieu de recherche expérimentale sur le rapport entre les plantes et leur milieu. Sur 1 hectare du territoire italien, sont alors conservées des plantes des étages subalpin, alpin et nival. Le jardin acquiert une renommée internationale dans les années 1920 ; il présente alors environ 5000 espèces de plantes (500 espèces locales, 1000 espèces d’origine italienne et 3500 espèces provenant de différents continents). Détruit pendant la seconde guerre mondiale, il se retrouve en territoire français en 1947. Le site est restauré en 1976 par une association de droit international, la Chanousia. Le jardin et son musée présentent aujourd’hui plus de 1000 espèces reconstituées dans leurs différents milieux.

Il est ouvert au public de 9h à 18h de début juillet à mi septembre.

Plus d’infos : www.chanousia.org.

La redoute ruinée

Le fort de la Redoute ruinée est un ouvrage avancé de surveillance militaire placée stratégiquement sur une arête rocheuse qui domine le col du petit St Bernard à 2400m d’altitude. Le fort actuel est bâti sur les ruines d’une ancienne redoute sarde, détruite pendant la révolution française, d’où son nom de redoute ruinée. A sa construction en 1891, la redoute est occupée seulement à la période estivale, mais elle sera ensuite occupée tout au long de l’année. Sa position était un lieu d’entrainement idéal dans les difficiles conditions de montagne.

C’est avec la seconde guerre mondiale que la redoute connaitra ses grandes heures militaires. En juin 40, la redoute est héroïquement défendue par le 70éme BAF, commandé par le lieutenant Desserteaux. Il est ensuite occupée par les troupes italiennes puis allemandes et sera libérée après d’âpres combats en avril 45.

Découvrir les randonnées autour de l’hospice

redoute ruinée en hiver